La puissance de la joie à Frédéric Lenoir

 » Existe-t-il une expérience plus désirable que celle de la joie ?Plus intense et plus profonde que le plaisir, plus concrète que le bonheur, la joie est la manifestation de notre puissance vitale. La joie ne se décrète pas, mais peut-on l’apprivoiser ? La provoquer ? La cultiver ?J’aimerais proposer ici une voie d’accomplissement de soi fondée sur la puissance de la joie. Une voie de libération et d’amour, aux antipodes du bonheur factice proposé par notre culture narcissique et consumériste, mais différente aussi des sagesses qui visent à l’ataraxie, c’est-à-dire à l’absence de souffrance et de trouble.

Pour ma part, je préfère une sagesse de la joie, qui assume toutes les peines de l’existence. Qui les embrasse pour mieux les transfigurer. Sur les pas de Tchouang-tseu, de Jésus, de Spinoza et de Nietzsche, une sagesse fondée sur la puissance du désir et sur un consentement à la vie, à toute la vie.


Biographie de Frédéric Lenoir

Frédéric Lenoir est universitaire. Philosophe, sociologue et historien des religions, il est chercheur associé au Centre d’études interdisciplinaires du fait religieux à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS/ CNRS). Il a publié de nombreux essais et dirigé plusieurs encyclopédies sur les questions spirituelles et religieuses. Il est producteur de l’émission « les racines du ciel » sur France Culture.

Il a récemment publié chez Fayard La Guérison du monde, Socrate, Jésus, Bouddha et Comment Jésus est devenu Dieu. Ses récents ouvrages, Petit traité de vie intérieure, Dieu (avec Marie Drucker) et L’Ame du monde, ont tous figuré en bonne place dans les listes de best-sellers.

Comme une feuille de thé à Shikoku par Marie-Edith Laval

Comme une feuille de thé à Shikoku – Sur les chemins sacrés du Japon

« Comme une feuille de thé, j’ai progressivement infusé sur ce chemin du bout du monde. Je me suis immergée dans la réalité de cette terre bordée d’eau et m’en suis laissé imprégner. L’heure est venue de remonter à la surface pour exhaler la subtilité des saveurs de cette expérience singulière et en déguster les arômes ». En 2013, Marie-Edith Laval, orthophoniste passionnée de méditation et de voyage, se lance dans une aventure hors du commun : le pèlerinage de Shikoku, ce légendaire chemin sacré du Japon, surnommé le « Compostelle japonais ».

1 200 kilomètres à pied emplis de vie, de fraîcheur, d’émerveillement et d’épreuves. Un tour de l’âme en quatre-vingt-huit temples et quatre provinces – Eveil, Ascèse, Illumination, Nirvana. Ses pérégrinations géographiques et intérieures sont une invitation à avancer avec confiance sur le chemin de la vie. Un récit de sagesse qui mêle sincérité, humour et profondeur.

Marcher, une philosophie par Frédéric Gros

La marche, on n’a rien trouvé de mieux pour aller plus lentement. Pour marcher, il faut d’abord deux jambes. Le reste est vain. Aller plus vite ? Alors ne marchez pas, faites autre chose : roulez, glissez, volez. Ne marchez pas. Car marchant, il n’y a qu’une performance qui compte : l’intensité du ciel, l’éclat des paysages. Marcher n’est pas un sport.  » Si mettre un pied devant l’autre est un jeu d’enfant, la marche est bien plus que la répétition machinale d’un geste anodin : une expérience de la liberté, un apprentissage de la lenteur, un goût de la solitude et de la rêverie, une infusion du corps dans l’espace…

Frédéric Gros explore ici, en une série de méditations philosophiques et en compagnie d’illustres penseurs en semelles (Nietzsche et Rimbaud, Rousseau et Thoreau, Nerval et Hölderlin…) mille et une façons de marcher – flânerie, errance ou pèlerinage -, comme autant d’exercices spirituels.

Des ailes aux talons / Jean Béliveau

Documentaire
Québec, Canada | 51 min 28 sec
© Productions l’oeil ouvert, 2011
Réalisation et production: Marie-Andrée Mauger
Image et son : Olivier Daigle, Lusse Cloutier
Montage : Catherine Legault
Musique : James Duhamel

Le Québécois Jean Béliveau s’est lancé un défi inouï : faire le tour du monde à pied, d’un trait, sans rentrer au bercail une seule fois. Un périple de 75 000 km auquel il a consacré 11 années et qui l’a mené dans 64 pays.

DES AILES AUX TALONS nous fait découvrir Jean Béliveau au Brésil, en 2003, à un moment charnière de son marathon : ses derniers pas en Amérique et son passage en Afrique; puis, au Timor oriental, fin 2009, après 9 années de marche et plus de 60 000 km dans les talons, imprégné de ses 60 pays foulés…

L’Homme qui marche / Jean Béliveau

Après la faillite contextuelle de son entreprise d’enseignes lumineuses, Jean Béliveau est parti sur un coup de tête le jour de ses quarante-cinq ans, le 18 août 2000, de Montréal. Il est rentré chez lui le 16 octobre 2011 après avoir parcouru 75 543 km à travers 64 pays. Il a réussi sans préparation à effectuer la plus longue marche ininterrompue autour du monde et celle-ci a été reconnue par l’Unesco dans le cadre de la décennie internationale dédiée à la paix pour les enfants. Durant ces onze années, le marcheur porte turban et grande barbe au Soudan, mange des insectes en Afrique, du chien en Corée et du serpent en Chine. Il dort sous les ponts, dans des foyers pour sans-abri, voire dans des prisons, mais la plupart du temps chez des gens séduits par son aventure. Ce livre dévoile la belle histoire d’un homme qui a transformé sa vie en une véritable odyssée. Ses nombreux fans ont pu le suivre sur le site Internet que sa compagne Luce a animé pour le soutenir et pourront simultanément le découvrir sur le marché européen. D’autres traductions internationales sont aussi sur la table. Son périple a fait l’objet d’un documentaire, Des ailes aux talons. Depuis son retour, Jean Béliveau donne des conférences et rencontre les jeunes dans les écoles. Il est aussi ambassadeur de Trottibus, un projet de la Société canadienne du cancer.